La formule de la vacuité proposée par Thich Nhat Hanh [X est constitué d’éléments non-X] est un outil d’analyse de l’ensemble des phénomènes, ceux notamment engendrés par l’activité humaine. Exemple.

Dans les rues de Manille, se trouvent beaucoup de jeunes prostituées, âgées de quatorze ou quinze ans qui n’avaient aucune envie de devenir prostituées. Elles sont venues à la ville dans l’espoir d’y trouver un travail afin de pouvoir envoyer de l’argent à leurs parents. Bien souvent, après quelques semaines de vaines recherches, une personne les accoste et les persuade de travailler pour elle avec la promesse d’un très bon salaire. Elles acceptent et se retrouvent finalement dans les réseaux de la prostitution.

Si nous examinons la vie de ces jeunes filles à travers la lunette de la vacuité, nous ne trouvons que des éléments non-X, des éléments ‘non-prostitution’ : la pauvreté de la population, l’avidité du proxénète, l’absence de responsabilité des clients occidentaux, les billets d’avion à bas prix, la corruption du pouvoir en place, de la police, des institutions judiciaires (magistrature), l’insuffisance d’institutions de formation, etc. etc. Si l’on comprend que la prostitution (X) est faite d’éléments ‘non-prostitution’, ‘Non-X’, notre regard sur la jeune femme et sur nous-même, change complètement.

Nous comprenons que pauvreté et richesse ‘inter-sont’, comme dit Thich Nhat Hanh. La société privilégiée et celle des indigents qui manquent de tout inter-sont. La richesse des uns est faite de la pauvreté des autres. ‘Ceci est comme ceci parce que cela est comme cela.’ La richesse est composée d’éléments ‘non richesse’, et la pauvreté d’éléments ‘non pauvreté’. C’est exactement comme la feuille de papier. La vérité est que chaque chose inclut tout le reste. Nous pouvons seulement ‘inter-être’, il est impossible de seulement ‘être’. »

Une approche bouddhiste plus traditionnelle conclurait peut-être à la responsabilité ultime de la personne elle-même, la doctrine du karma affirmant que la situation présente des personnes est le résultat de leurs actions passées.

Avec la doctrine de l’inter-être ou de la vacuité, la responsabilité morale d’un acte ne peut plus être attribuée au seul auteur de cet acte. Elle est diffusée à travers le corps social entier. La doctrine de l’inter-être met en évidence les causes systémiques de la souffrance. Dans le bouddhisme de Thich Nhat Hanh, elle constitue l’un des fondements du bouddhisme engagé.

 

D’après Thich Nhat Hanh, Le Cœur de la compréhension, Village des Pruniers 1990, pp. 31-32