You are currently browsing the tag archive for the ‘Fabrice Midal’ tag.

« La personne qui décide qu’elle a assez souffert et souhaite qu’on la laisse mourir se trouve dans une situation qu’on ne peut qualifier ni de vertueuse ni de non-vertueuse. On ne peut certainement pas la blâmer d’avoir pris cette décision, et ce n’est pas là un acte karmiquement négatif : c’est simplement le désir d’éviter de souffrir, désir fondamental de tous les êtres. D’un autre côté, ce n’est pas non plus un acte particulièrement vertueux. Décider dans une telle situation de ne pas permettre à la maladie de quelqu’un de suivre son cours jusqu’à le tuer est un acte karmiquement neutre. Il s’agit moins en effet dans ce cas de désirer mettre fin à la vie de quelqu’un que de souhaiter mettre un terme à ses souffrances. C’est donc un acte neutre au plan karmique. »

« Cette réponse, ajoute Fabrice Midal, est plus subtile que ce qui est généralement écrit sur le sujet, peut-être de manière un peu dogmatique. »

Kalou Rinpoché, source non précisée, citation de Fabrice Midal in : Le bouddhisme face au suicide et à l’euthanasie, dossier réalisé par A. Bouloc, La Lettre de l’UBE, n°19, février 2005, p. 13

Publicités

« Les six mondes sont autant d’espaces psychiques dans lesquels nous faisons l’expérience de nous-même autant que du monde phénoménal tout entier — d’une manière à chaque fois distordue. Nous passons tous dans ces six mondes, jour après jour, moment après moment, même si parfois nous sommes plus profondément enfermés dans l’un d’entre eux.

—    Le Monde de l’Enfer conduit à considérer toute chose comme violente. On se sent en ce monde perpétuellement victime d’agression ou habité d’une haine féroce — sans que nous arrivions toujours à distinguer si la haine est nôtre ou vient du monde.

—    Le Monde des Fantômes Affamés consiste à percevoir le monde comme empli de richesses inaccessibles. Nous ressentons alors un désir ou une faim insatiables qui ne peuvent jamais être comblés, si bien que nous nous sentons prisonniers d’un profond sentiment de pauvreté.

—    Le Monde des Animaux est le monde de l’ignorance accomplie — rien ne fait assez sens pour nous. Nous avons l’impression de ne rien comprendre à ce qui se passe.

—    Le Monde des Dieux est un état de félicité que l’on essaie de maintenir coûte que coûte, soucieux de ne pas entrer trop en rapport au monde tel qu’il est. C’est un état d’orgueil et de jouissance narcissique.

—    Dans le Monde des Dieux Jaloux tout est vu à partir de la comparaison et le monde est alors pour nous comme un champ de bataille dans lequel il faut être armé jusqu’aux dents. Y règnent la jalousie, l’esprit de compétition et la méfiance.

—    Le Monde Humain est tout entier orienté sur la recherche du plaisir et la fuite du déplaisir. Nous sommes alors obsédés par une quête hédoniste.

Comprendre avec finesse ces états, comprendre comment nous les construisons et comment nous pouvons nous en libérer offre une carte de l’esprit humain et une façon de comprendre la psyché humaine. »

Source : http://www.ecole-occidentale-meditation.com (site de Fabrice Midal)

« Qu’est-ce que le bouddhisme ? C’est avant tout un retour sur ce que nous sommes. Avant d’être une doctrine, une religion ou une philosophie, il est ce mouvement fondamental qui consiste à être à l’écoute de notre propre expérience afin d’y reconnaître l’ouverture qui la sous-tend. »

Fabrice Midal, Lumières au pays des neiges, Anthologie du bouddhisme tibétain, Pocket, Paris 2003, p.19

Les textes proposés sur le blog de Shikantaza expriment avant tout l’opinion de leurs auteurs. Les lecteurs sont invités à les examiner avec l’esprit de libre arbitre prôné par le Bouddha dans le Kalama Sutta.

« Une religion n’est juste que si elle sait qu’elle ne détient pas le sacré ou la vérité, mais ne peut qu’aider les hommes à le découvrir au cœur de leur propre existence. »

Fabrice Midal, L’écoute du ciel, Hermann, Pygmalion, Paris 2009, p. 23

Les textes proposés sur le blog de Shikantaza expriment avant tout l’opinion de leurs auteurs. Les lecteurs sont invités à les examiner avec l’esprit de libre arbitre prôné par le Bouddha dans le Kalama Sutta.

«Le bouddhisme est marqué par une absence de toute opposition entre le corps et l’esprit. Il développe une pensée de l’être humain comme union du corps, de la parole – sentiment et souffle – et de l’esprit. Le corps, loin d’être le « tombeau de l’âme », comme pour Platon et à sa suite saint Augustin, est « l’arbre de l’Éveil ». La posture joue un rôle crucial dans la pratique de la méditation. Le pratiquant bouddhiste la cherche et apprend à l’habiter. Le maître Zen Shunryu Suzuki écrit ainsi: « Soyez assis droit comme si votre tête soutenait le ciel. Il ne s’agit pas là simplement de forme ou de respiration. Ceci est la clé du bouddhisme. C’est une expression parfaite de votre nature de Bouddha. Si vous voulez vraiment comprendre le bouddhisme, vous devriez pratiquer ainsi. Ces formes ne sont pas des moyens d’obtenir le juste état d’esprit. Être dans cette posture est le but même de notre pratique. Quand vous avez cette posture, vous avez le juste état d’esprit; aussi n’y a-t-il pas besoin d’atteindre quelque chose de spécial. » En découvrant le bouddhisme, nombre d’Occidentaux ont d’abord été frappés par ce souci d’ancrer toute expérience, tout enseignement dans le corps. Ce fut pour eux un soulagement et de nombreux contemplatifs chrétiens ont tenté de revivifier leur foi en s’inspirant de cette approche. Pour le bouddhisme, en effet, notre idée occidentale selon laquelle la spiritualité consiste à quitter la matière et donc à se détacher du corps pour s’élever est incompréhensible. »

Fabrice Midal, L’écoute du ciel, Pygmalion, Paris 2009, pp. 164-165

Les textes proposés sur le blog de Shikantaza expriment avant tout l’opinion de leurs auteurs. Les lecteurs sont invités à les examiner avec l’esprit de libre arbitre prôné par le Bouddha dans le Kalama Sutta.

Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

décembre 2017
L M M J V S D
« Nov    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Twitter : en deux mots… (ou 140 caractères)

  • (suite aux attentats terroristes de Paris, le 13/11/2015) Vendredi soir vous avez volé la vie d’un être... fb.me/7Hekiq1w9 1 week ago