La colère fait mal, elle vous empoisonne, ainsi que votre entourage. Quelques conseils pour la maîtriser, pour la gérer, cette colère : conseils issus de la tradition bouddhiste, et du cœur d’une ancienne colérique : moi ! Car oui, c’est possible de la gérer et même de s’en débarrasser ! Et à tout âge ! Confiance !

Il y a quelques années, alors que j’étais encore une sacrée irascible, – mais que je commençais à percevoir que d’autres conduites étaient possibles –, j’ai cheminé vers l’absence de colère grâce (notamment) à Thich Nhat Hanh. Ce moine bouddhiste vietnamien a publié de nombreux commentaires de Sutras très érudits, mais aussi quelques guides pratiques simples pour nous guider dans notre v(o)ie quotidienne vers plus de sagesse. Dans deux de ses ouvrages, la Sérénité et la Plénitude de l’instant, il emploie des images qui ont impressionné ma caboche d’énervée, et ce, de manière durable…

Il s’agit, pour la première, de l’image d’une personne handicapée.

Quand une personne en fauteuil vous empêche d’avancer, vous ne vous mettez pas à lui hurler dessus, sous prétexte qu’elle vous retarde… Non, vous allez la devancer pour lui ouvrir la porte, lui proposer de pousser son fauteuil… etc. Et bien, les personnes qui vous dérangent dans votre vie, considérez-les donc comme des handicapés émotionnels ! Nous sommes tous et toutes des handicapé(e)s émotionnel(le)s ! À partir de cette image, mon monde a basculé. Bien sûr, je ne vais pas prétendre que du jour au lendemain, je suis entrée en pleine compassion avec ceux qui avaient jusqu’alors le don de me mettre en pelote, non ! Ce serait mensonge ! Par contre, doucement, très doucettement, j’ai commencé à les envisager d’un autre œil…

Et pour me soutenir dans mes résolutions, j’ai découpé une photo de laitue dans le prospectus publicitaire d’une supérette voisine et je l’ai collée sur mon agenda.

Car, la deuxième image employée par Thich Nhat Hanh concerne le jardinier dépité de ne pas voir sa laitue pousser comme il faut. Inutile pour lui de se planter (sic !) devant sa salade pour lui vociférer son courroux, tout à fait inutile ! Il va regarder si l’ensoleillement est suffisant, si les limaces ne sont pas passées à l’attaque, si la terre est assez arrosée… De la même façon, suggère Thich Nhat Hanh, quand une personne ne se conduit pas comme vous le souhaiteriez, il est vain de vous énerver ! Veillez plutôt à vérifier ce qui l’empêche de vous traiter comme vous pensez qu’elle le devrait…

Ainsi, à chaque fois que je partais en réunion de travail, – j’étais à l’époque responsable du service documentaire d’un centre où la houle régnait en maîtresse – je mettais mon agenda bien en évidence, et tâchais de me tenir… Quand un(e) collègue averti(e) me sentait sur le point d’exploser, il/elle me glissait en silence le mot magique, en articulant nettement « lai-tue ». Si bien que c’est l’implosion que je risquais alors, car je tentais, parfois victorieusement, de me contenir !

Je n’ai plus besoin d’image de laitue. Il m’aura fallu des années… Avec des récidives de plus en plus espacées, de moins en moins violentes, de plus en plus vite jugulées.

Ainsi, je suis fière de témoigner : les (sales) caractères ne sont pas inéluctables ! Je suis une preuve vivante que l’on peut changer et à tout âge. Mon exemple personnel m’a conduite à beaucoup de compréhension : si telle ou telle personne est trop ceci ou pas assez cela, c’est sans nul doute, parce qu’elle est en souffrance, elle manque de lumière ou est noyée dans ses émotions… Rien n’est jamais perdu ! Personne n’est ‘irrécupérable’ !

Carole Braéckman, http://www.lhibiscus.fr/La-colere-comment-la-lacher-ou-la.html