You are currently browsing the tag archive for the ‘Trois Trésors’ tag.

« De nombreux chercheurs spirituels se rendirent auprès du Bouddha pour être ordonnés. Plusieurs étaient des jeunes gens bien éduqués, issus de riches familles. Les bikkhus avancés du Bouddha accomplissaient les cérémonies d’ordination et transmettaient aux nouveaux moines les instructions de base. De nombreux jeunes, hommes et femmes, affluaient vers la forêt des Palmiers pour prendre les trois refuges.

Un jour, Kondanna accomplit le cérémonie des trois refuges pour un groupe de près de trois cents jeunes puis leur parla des trois précieux joyaux – le Bouddha, le Dharma et la Sangha.

Le Bouddha est l’Éveillé. Une personne éveillée connaît la vraie nature de la vie et du cosmos. Elle n’est pas esclave de l’illusion, de la peur, de la colère, ou du désir. Une personne éveillée est une personne libre, immergée dans la paix et la joie, l’amour et la compréhension. Maître Gautama, notre Enseignant, est un être éveillé qui nous montre la voie dans cette vie afin de vaincre la distraction et de devenir nous-mêmes des éveillés. Chacun d’entre nous possède la nature de Bouddha. Nous pouvons tous devenir un Bouddha. La Nature de Bouddha est la capacité à s’éveiller et à transcender l’ignorance. Si nous pratiquons la voie de la Pleine Conscience, notre Nature de Bouddha brillera à chaque moment un peu plus jusqu’à ce que nous atteignions nous aussi la joie, la paix et la liberté totales. Nous devons trouver le Bouddha dans nos propres cœurs. Le Bouddha est le premier précieux joyau.

Le Dharma est le chemin qui mène à l’Éveil. Le Bouddha enseigne ce chemin qui aide à transcender les prisons de l’ignorance, de la colère, de la peur et du désir. Ce chemin mène à la liberté, à la paix et à la joie et nous rend capables d’aimer et de comprendre les autres. La compréhension et l’amour sont les deux plus beaux fruits sur le Chemin de l’Éveil. Le Dharma est le deuxième précieux joyau.

La Sangha est la communauté des personnes pratiquant la Voie de l’Éveil. Si vous voulez pratiquer le Chemin de la Libération, il est important d’avoir une communauté de pratique. Si vous êtes seuls, les obstacles sur le chemin peuvent empêcher votre réalisation de l’Éveil. Il est fondamental de prendre refuge dans la Sangha, que vous soyez un bikkhu ou un laïc. La Sangha est le troisième précieux joyau. »

Thich Nhat Hanh, Sur les traces de Siddharta, POCKET, 1998, pp. 158 s.

« Bien que le Bouddha ne l’ait pas explicitement enseignée, la dévotion est depuis longtemps une pratique bouddhique centrale. Il ne fait aucun doute que celle-ci provient de la dévotion spontanée que les propres disciples du Bouddha ont ressentie pour leur maître bon, sage et compatissant. Après sa mort, les disciples ayant un penchant dévotionnel ont dirigé leur vénération sur les anciens éveillés de la communauté monastique et sur les reliques du Bouddha, qui furent conservées dans des monuments appelés stupas.

Alors que le bouddhisme se diffusait à travers l’Inde et finalement dans d’autres pays, l’objet primaire de la dévotion devint le Triple Joyau du Bouddha, du Dharma et du Sangha, c’est-à-dire du grand maître (et de ses successeurs), de l’enseignement lui-même (ou doctrine), et de la communauté de moines qui conservent et défendent l’enseignement.  À ce jour, tous les bouddhistes, religieux ou laïcs, prennent comme refuge le Triple Joyau, encore appelé Triple Refuge.

Finalement, dans certaines traditions du bouddhisme, la tendance humaine naturelle à vénérer et à idéaliser a donné naissance à des figures transcendantales qui personnifiaient des qualités spirituelles particulièrement désirables. En substance, selon ces traditions, l’adepte qui exprime une dévotion sincère à ces figures, en s’imaginant en train de fusionner avec elles et ce faisant en assumant ses qualités éveillées, peut progressivement transformer ses qualités négatives en qualités positives pour finalement obtenir l’Éveil complet pour lui-même et pour les autres.

L’étude et la réflexion aident à comprendre clairement l’enseignement du Bouddha, mais la dévotion forge une connexion sincère avec la tradition, ce qui permet à l’adepte d’exprimer son amour et son appréciation aux maîtres (et à l’enseignement) et en retour de ressentir leur amour et leur compassion. Même des traditions comme le Zen, qui semblent moins s’intéresser à la dévotion pour mettre l’accent sur l’importance de la vision profonde, possèdent de puissants courants sous-jacents qui se trouvent exprimés dans les rituels et les cérémonies, mais que les nouveaux adeptes ne perçoivent pas toujours tout de suite. En fait, certaines traditions, comme celle du bouddhisme de la Terre Pure, sont avant tout dévotionnelles. »

Landaw / Bodian, Le Bouddhisme pour les nuls, Éditions First, Paris 2007, p. 26-27

Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

janvier 2022
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31