You are currently browsing the tag archive for the ‘Karma’ tag.

Les conséquences du karma

« Bien que l’idée de base de la loi du karma soit simple, des causes positives entraînant des effets positifs, des causes négatives entraînant des effets négatifs, le karma est en soi assez complexe.

D’une part, le karma peut se développer (ou mûrir) de nombreuses façons différentes. Par exemple, prenez une action extrêmement négative comme l’assassinat brutal et avec colère de quelqu’un. Si l’auteur de cet acte ne se purifie pas de cette puissante négativité, autrement dit, s’il ne purifie pas ce karma, il en subira les conséquences de l’une ou l’autre des façons suivantes :

– Au cours de cette même vie, il se peut qu’il ressente des émotions douloureuses et violentes telles que la culpabilité, la terreur et encore plus de fureur. Et à cause de la négativité qu’il projette, il devient plus probable qu’il soit lui-même victime d’un acte de violence.

– Après cette vie, il est possible qu’il renaisse dans un royaume de souffrance extrême.

– Lorsqu’il renaîtra comme humain, il est possible qu’il ait une vie courte marquée par la maladie et d’autres tourments.

– Dans sa vie future en tant qu’humain, son environnement ne sera pas favorable à une bonne santé. Par exemple, la nourriture aura une faible valeur nutritionnelle, et les médicaments n’auront pas le pouvoir de guérir.

– Même en temps que jeune enfant dans une vie future, il aura peut-être une nature sadique, c’est-à-dire qu’il prendra plaisir à tuer de petits animaux, par exemple. Avec ce type de prédisposition négative à nuire aux autres, il continuera de planter les graines qui causeront davantage de souffrance à l’avenir. Parmi tous les résultats du karma négatif, c’est celui-là le pire, parce qu’il ne cesse de reproduire le malheur, à la fois pour la personne concernée et pour les autres.

 

Une autre raison qui peut rendre la loi du karma difficile à comprendre, c’est le décalage dans le temps entre la cause et son effet. Ce délai explique pourquoi des gens cruels et corrompus peuvent réussir et prospérer (du moins temporairement), alors que des personnes dont la conduite est morale et empreinte de compassion peuvent souffrir. Il peut se passer beaucoup de temps entre votre action (par exemple : vous trompez quelqu’un) et la réaction que vous subissez (quelqu’un vous trompe).

 

La même idée s’applique aussi aux actions positives : les résultats prendront peut-être du temps à se manifester. Bien que certains effets karmiques mûrissent assez rapidement, la plus grande partie du résultat des actions d’une personne donnée pendant une vie donnée ne se manifesteront pas dans la même vie, mais dans la suivante ou dans plusieurs autres. Autant dire que vous pouvez vous lever matin pour espérer voir les résultats de tous vos actes ! Comme un maître bouddhiste adore le répéter, si c’était votre propre colonne vertébrale qui commençait à se briser au moment même où vous écrasez une bestiole, personne n’aurait besoin de vous dire de vous arrêter. La relation entre la cause et l’effet serait évidente, et vous changeriez naturellement votre comportement. Malheureusement, la loi du karma n’entraîne pas forcément de réactions aussi immédiates. »

 

  1. Landaw, S. Bodian, Le bouddhisme pour les Nuls, Éd. First, Paris 2005, pp. 271-272.

Prenez conscience de la loi karmique !

 « Le bouddhisme vous enseigne que vous êtes responsable de votre propre vie – que vous soyez heureux ou tristes, dans une situation agréable ou douloureuse, etc. Pour simplifier, tout dépend de vous. Vous pouvez découvrir comment contrôler les expériences que vous faites dans votre vie, et votre comportement d’aujourd’hui peut véritablement façonner les conditions de votre vie future.

Les bouddhistes croient que lorsque l’on se comporte d’une certaine façon et avec une certaine intention, certains résultats s’ensuivent. En particulier, si vous agissez avec compassion, d’une manière bénéfique inspirée par des motivations positives, les résultats dont vous ferez l’expérience seront agréables. Mais si votre comportement est nuisible, voire complètement destructif, le mal vous reviendra à l’avenir. Plusieurs appellations désignent ce même phénomène, notamment : loi du karma, loi karmique, loi de cause à effet, loi de causalité, ou encore rétribution des actes (karma : action intentionnelle).

La loi du karma ressemble à d’autres formes de causalité, telles que les relations qui existent entre une graine et une pousse : si vous plantez une carotte, vous obtiendrez une carotte, et pas un choux de Bruxelles. Les maîtres bouddhistes, pour expliquer que l’on plante soi-même les graines du karma (actions) et que l’on fait soi-même l’expérience de leurs résultats futurs (effets de ces mêmes actions), se servent aussi de l’image des graines qui germent.

Toutefois, selon le bouddhisme, les intentions qui motivent les actions sont plus importantes que les actions elles-mêmes. Ainsi, si vous écrasez une bestiole par mégarde, vous ne vous attirez aucune conséquence karmique ou des conséquences karmiques minimales, car vous ne l’aviez pas vue, et en conséquence vous n’aviez pas l’intention de lui nuire. Mais si vous écrasez délibérément un insecte, en particulier par colère ou par méchanceté, vous recevrez ce que vous méritez.

Nous ne parlons pas ici de récompense et de punition lorsque nous parlons de karma. Vous n’êtes pas un vilain garçon si vous trichez dans votre déclaration de revenus, ni une fille bien sage si vous aidez une vieille dame à traverser la rue. La loi karmique n’est pas moralisatrice, mais au contraire bien plus concrète et terre à terre. Son fonctionnement est très simple : si vous agissez avec malveillance, vous vivrez la malveillance dans l’avenir. Si vous agissez avec amour, vous vivrez l’amour dans l’avenir. Ou pour reprendre la métaphore de la graine : vous récolterez ce que vous aurez semé. »

J. Landaw, S. Bodian, Le bouddhisme pour les Nuls, Éd. First, Paris 2007, p. 240/1.

« Karma signifie action et désigne des actes intentionnels physiques, verbaux ou mentaux. Ces actes laissent des empreintes ou des semences sur nos courants de conscience, et, quand les conditions appropriées sont réunies, ces empreintes mûrissent et forment ce qui nous arrive. Par exemple, avec gentillesse nous aidons quelqu’un. Cette action laisse une empreinte dans notre courant de conscience, et, quand les conditions le permettront, cette empreinte arrivera à maturité sous forme d’aide que nous recevrons quand nous en aurons besoin. Si une action provoque souffrance et misère à long terme, on l’appelle négative, destructrice ou non-vertueuse. Si elle produit du bonheur, on l’appelle positive, constructive ou vertueuse. Les actes ne sont pas bons ou mauvais en eux-mêmes, on ne les qualifie ainsi qu’en fonction des résultats qu’ils amènent.

Tout résultat est issu de causes qui ont la capacité de le produire. Si on plante des pépins de pomme, c’est un pommier qui poussera, pas du piment rouge. Si on plante du piment rouge, c’est du piment qu’on récoltera, et non des pommes. De la même manière, si nous agissons de manière positive, le bonheur s’ensuivra ; si nous agissons de manière destructrice, il en résultera des problèmes. Tout bonheur et toute chance qui nous arrivent dans nos vies viennent de nos propres actions positives, tandis que nos problèmes résultent tous de nos propres actions destructrices.

Les graines de nos actions restent avec nous d’une vie à la suivante et ne se perdent pas. Mais si nous ne créons pas la cause ou le karma de quelque chose, nous n’en récolterons pas les résultats : si un fermier ne sème pas, rien ne poussera. »

Thubten Chödrön, Bouddhisme pour les débutants, Kunchab, Huy 2001, p. 63

 

 

 

Les textes proposés sur le blog de Shikantaza expriment avant tout l’opinion de leurs auteurs. Les lecteurs sont invités à les examiner avec l’esprit de libre arbitre prôné par le Bouddha dans le Kalamma Sutta.

« Il est quelques importants enseignements du bouddhisme qui sont sans doute plus éloquents pour nous aujourd’hui qu’ils ne l’étaient pour les contemporains du Bouddha. Ce que le bouddhisme a à dire sur anatta, le « non-moi », par exemple, est cohérent avec les découvertes de la psychologie moderne sur la constitution de l’ego-moi. De même, les réflexions des penseurs bouddhistes comme Nagarjuna sur le langage – comment il fonctionne, comment il nous trompe souvent – est cohérent avec les conclusions récentes de nombreux linguistes et philosophes, et la science contemporaine est globalement en accord avec les réflexions bouddhistes sur l’interdépendance (écologie) et l’insubstantialité (physique). Sur ces questions, le bouddhisme s’accorde très bien avec les visions modernes du monde. Ce n’est pas le cas de la vision traditionnelle du karma. Bien sûr, cette discordance ne prouve rien par elle-même. Elle doit en revanche constituer un encouragement à approfondir notre réflexion sur ce sujet. »

 David Loy, Notes pour une révolution bouddhiste, Kunchab+, Bruxelles 2010, p. 65-66

Cf. Nature, Karma, Déterminisme

 Les textes proposés par le blog de Shikantaza expriment avant tout l’opinion de leurs auteurs. Les lecteurs sont invités à les examiner avec l’esprit de libre arbitre prôné par le Bouddha dans le Kalama Sutta.

« Quelques textes du Canon Pali étayent une vision largement déterministe. (…) Il existe toutefois d’autres textes où le Bouddha réfute clairement tout déterminisme moral, tel le Titha Soutra (Anguttara Nikaya 3.61) dans lequel il soutient qu’un tel point de vue contredit la possibilité de suivre un chemin spirituel :

 « Il existe des prêtres et des contemplatifs qui professent cet enseignement, ce point de vue : ‘Quelle que soit l’expérience que fait un être, plaisante, douloureuse ou ni l’un ni l’autre, tout cela est la conséquence des actions passées’ … [A ceux-là] j’ai dit : ‘Dans ce cas, une personne va tuer des êtres vivants à cause de ce qui a été accompli dans le passé. Une personne va voler… manquer à la chasteté… mentir… semer la zizanie… tenir des propos outrageants… se perdre en vains bavardages… se montrer avide… méchante… défendre des vues erronées à cause de ce qui a été accompli dans le passé.’

Ô moines, quand les actions passées sont présentées comme jouant un rôle essentiel, il n’y a plus de désir, plus d’effort [de se dire] « Il faudrait faire ceci, ne pas faire cela. »

Dans un autre bref soutra (Sivaka Sutta), un ascète nommé Shivaka interroge le Bouddha sur le point de vue selon lequel « quoi qu’une personne expérimente, que ce soit le plaisir, la douleur ou aucun des deux, c’est la conséquence des actions antérieures. Que répond à ceci le Vénéré Gautama ? » A quoi le Bouddha répond :

« Produit par (des désordres de) la bile, surgissent alors, Shivaka, certains sentiments…  produits par (des désordre du) phlegme… des gaz… des (trois) combinés… par le changement de climat… par un comportement contraire… par des insultes… par les résultats du karma – (du fait de tout ceci) Shivaka, surgissent certains sentiments… Or, quand ces ascètes et Brahmanes soutiennent une telle doctrine et considèrent que quoi qu’une personne expérimente, que ce soit plaisir ou douleur, ou aucun des deux, tout cela est causé par les actions antérieures, alors ils vont au-delà de ce qu’ils connaissent par eux-mêmes et est accepté comme vrai par le monde. C’est pourquoi je déclare que c’est une conception erronée de la part de ces ascètes et Brahmanes. »

Même si nous prenons cette citation du Bouddha au sérieux, nous ne devrions pas négliger l’humour de ce passage. On imagine même le Bouddha lâchant un pet et demandant à Shivaka : « Ceci est-il le résultat du karma ? » »

D. Loy, Notes pour une révolution bouddhiste, Kunchab+, Bruxelles 2010, p. 71-73

Cf. entrées Karma (David Loy), Karma (Philippe Cornu), Karma et injustice sociale

 Les textes proposés sur le blog de Shikantaza expriment avant tout l’opinion de leurs auteurs. Les lecteurs sont invités à les examiner avec l’esprit de libre arbitre prôné par le Bouddha dans le Kalama Sutta.

Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

novembre 2021
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930