You are currently browsing the tag archive for the ‘Fin de vie’ tag.

Etre soignant – Prendre soin

Des outils pour faire face aux besoins des personnes en souffrance et en fin de vie

Séminaire de formation pour les professionnels de la santé et les bénévoles oeuvrant dans l’accompagnement, organisé par l’association Tonglen Belgique ASBL

Animé par le Dr Cathy Blanc, Eric Hamper et Marc Damoiseaux

Un module de base sur 5 journées : du 2 au 6 mai 2011 (35 heures)
(Suivi d’un module complémentaire de 3 jours : automne 2011)

Infos pratiques

Horaires:
Du lundi (accueil à partir de 13h30) au vendredi 18h

Participation aux frais pour les 5 jours:
Externe: 370 €, collations et repas de midi compris
Interne: 450 €, logement sur place, collations et repas compris

Lieu du séminaire :
Monastère de l’Alliance
Rue du Monastère, 82
1330 Rixensart

Renseignements et inscriptions:
Soit par téléphone: Lauranne Stas, 0478/68 70 59
Soit par mail: tonglenbelgique@gmail.com

Annulation:
Le montant payé sera restitué déduction faite des frais

Note de frais:
Une note de frais sera délivrée à la demande des participants.

http://accompagnement-spirituel.blogspot.com

Il pourrait sembler, parce qu’elle ne se signale pas par son discours sur l’au-delà de la mort (ou si peu: le bouddhisme zen, fidèle en cela à l’attitude du Bouddha, n’aborde guère la question des renaissances) que l’école zen n’a rien à dire sur la question.

C’est évidemment faux.

La démarche des maîtres consiste davantage à poser des questions qu’à apporter des réponses. Et à nous laisser nous débrouiller avec çà… Il ne s’agit pas de cynisme. Ils nous proposent tout simplement une voie vers la sagesse qui passe non par le discours, mais par l’expérience, celle de la pratique et – bien sûr – de la méditation.

Si les réponses doivent venir de nous, les questions, souvent, viennent aussi de nous. En l’absence de réponse clé-sur-porte, ces questions deviennent nos koans personnels et nous sommes invités à les résoudre dans le cadre de la pratique.

Le maître zen ne nous encourage pas à lire 1000 traités pour trouver au bout du compte un avis qui nous éclaire. Il nous invite à nous asseoir. Les questions importantes demandent du temps.

Et la mort?

Elle garde son mystère.

Et pourtant s’il est bien une question à laquelle nous serons tôt ou tard confrontés, c’est bien celle-là.

Le mystère est là pourtant et subsistera. Le bouddhisme zen ne propose pas de réponse – me semble-t-il – mais une attitude à cultiver tant dans la manière d’aider ceux qui nous précèdent dans cette voie que dans la manière d’aborder notre propre mort.

Je vous recommande de consulter les pages en lien ci-dessous tirées du site de Kengan Denis Robert, l’auteur du livre Enseignements du maître zen Dôgen, Shôbôgenzo Zuimonki.

http://www.denshinji.fr/accompagnement.html

http://www.denshinji.fr/attitude.html

Je vous propose en conclusion ce Haiku que je trouve personnellement très beau et interpellant:

« Sans savoir pourquoi

J’aime ce monde

Où nous sommes venus pour mourir. »

Les textes proposés sur le blog de Shikantaza expriment avant tout l’opinion de leurs auteurs. Les lecteurs sont invités à les examiner avec l’esprit de libre arbitre prôné par le Bouddha dans le Kalama Sutta.

Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

décembre 2021
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031