You are currently browsing the tag archive for the ‘Enseignant’ tag.

« La façon dont un enseignant pointe les erreurs d’un élève est très importante. Si un enseignant estime que son élève a commis une erreur, ce n’est pas un véritable enseignant. Il s’agit peut-être d’une erreur, mais c’est aussi l’expression de la véritable nature de l’élève. Dès que nous comprenons ceci, nous éprouvons du respect pour la vraie nature de notre élève et nous faisons preuve de tact dans notre façon de souligner ces erreurs.

Dans les Écritures, ce tact est exposé en cinq points :

Il est dit que l’enseignant doit choisir le moment opportun et ne pas souligner l’erreur de l’élève devant plusieurs personnes. Si possible, l’enseignant lui montre son erreur en tête à tête dans un lieu et au moment appropriés.

Deuxièmement, l’enseignant doit se rappeler d’être véridique, ce qui veut dire qu’il ne pointe pas l’erreur de son élève uniquement parce qu’il estime que c’est une erreur. Quand l’enseignant comprend pourquoi l’élève a agi ainsi, il peut être véridique.

Troisième point, l’enseignant doit être doux et calme et ne pas élever la voix, ne pas crier. C’est très délicat, tout comme la véracité, mais les Écritures insistent sur l’importance d’une attitude calme et douce quand on souligne l’erreur de quelqu’un.

Le quatrième souligne que l’enseignant donne un conseil ou pointe l’erreur du disciple uniquement afin de l’aider et non afin d’exprimer ce qu’il a sur le cœur. L’enseignant doit être très attentif et prendre note de la réaction de l’élève : s’excuse-t-il pour ce qu’il a fait ou n’est-il pas assez sérieux ? Dans ce dernier cas, l’enseignant devrait l’ignorer jusqu’à ce qu’il fasse preuve d’un véritable sérieux. Si nos conseils ont pour seul but d’aider l’élève, cela ne signifie nullement que nous devions nous montrer toujours indulgent avec ce dernier. Nous devons parfois nous montrer très durs avec celui-ci, ou bien nous ne pourrons pas l’aider dans le véritable sens du terme.

Enfin, nous devons exposer l’erreur de l’élève avec compassion, car l’enseignant n’est pas seulement l’enseignant mais aussi l’ami de son disciple. En tant qu’ami, l’enseignant souligne tel ou tel problème, ou il donne un conseil.

Il n’est donc pas facile d’être un enseignant ou un élève (…). Nous devons faire tout notre possible pour nous aider les uns les autres.

Shunryu Suzuki, Libre de soi, libre de tout, Seuil, Paris 2011, pp. 113-4

Publicités

Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

mai 2018
L M M J V S D
« Avr    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Twitter : en deux mots… (ou 140 caractères)



Publicités