You are currently browsing the tag archive for the ‘Bienveillance’ tag.

Nous sommes heureux de vous inviter aux  premières « Rencontres Bouddhistes du Daishinji » qui auront lieu ce samedi 19 octobre, de 10h à 17h30.

Nous vous en parlions il y a quelques semaines. Ce nouveau projet s’inscrit dans le droit fil du cycle de conférences initié il y a plusieurs années au Musée de Mariemont, qui a pris fin à l’automne 2017. Après mûre réflexion, nous nous sommes dit qu’il serait dommage que l’histoire s’arrête là et nous avons pensé que nous pourrions prendre le relais, à plus petite échelle.

Nous avons voulu consacrer cette première journée à un sujet qui nous tient à cœur : l’éducation. Cela étant, un dojo zen implanté en face d’une prison, ce n’est pas banal, et il nous semblait aussi important d’aborder ce voisinage immédiat, et de l’examiner d’un point de vue bouddhiste. Et à bien y réfléchir, peut-être ces deux sujets ne sont-ils pas si éloignés l’un de l’autre, ou du moins pas sans liens…

Nous avons donc invité deux spécialistes à venir nous faire part de leur expérience et de leurs réflexions à ce sujet. D’une part, le Dr Danielle Rodot, pédiatre française spécialiste de la petite enfance et pratiquante bouddhiste de longue date, et Michel Dubois, enseignant zen et aumônier bouddhiste à la prison de Fresnes (France).

En fin de journée, Michel Dubois nous fera l’amitié d’animer un « cercle de parole », tel que ceux qu’il a mis en place dans son centre de zen de Montreuil et avec les détenus. Le principe sera expliqué ce jour-là aux personnes qui le souhaitent, et libre à elles de participer ou non, bien sûr !!!

 

Ces conférences sont ouvertes à toutes et à tous. N’hésitez donc pas à en parler aux personnes susceptibles d’être intéressées !

 

Au programme de cette première édition :

 

10h00 (Accueil)

 

https_padlet-uploads.s3.amazonaws.com_prod_107037191_10fd0b397ef00e1229e8f16eacc465e8c81b7c6d_1ae9bd4b644a76b558fc432d4937762c


10h30 – 12h30

BOUDDHISME ET ÉDUCATION

Dr. Danielle Rodot, pédiatre

 

 

 

 

Sur le temps de midi, nous vous proposons un lunch (sur réservation uniquement) et une promenade autour du mur d’enceinte de la prison, afin d’y découvrir deux projets artistiques réalisés avec le soutien de la Fondation Mons 2025, en collaboration notamment avec les détenus de la prison de Mons  :

– Le projet poétique Ivre d’histoires, mené par Olivier Sonck

– Un projet photographique mené par l’artiste Mara De Sario

 

crbst_MichelDubois-2
14h00 – 16h00

LE MUR DE LA PRISON D’EN FACE

Michel Dubois, enseignant zen et aumônier à la prison de Fresnes

 

 

 

16h00 – 17h30

CERCLE D’ECOUTE ET DE PAROLE (Facultatif)

Animé par Michel Dubois

 

Adresse : 10, rue Roland de Lassus à 7000 Mons (1er étage)

Infos et réservations : secretariat@shikantaza.be

 

NOMBRE DE PLACES LIMITE

INSCRIPTION INDISPENSABLE

PAR VIREMENT de 15 €

(ou 25 € si vous prenez le lunch : potage, sandwich, dessert, boissons, 10 € – réservation obligatoire !!!)

 

AU COMPTE BE75 0013 8686 2651 de ASBL SHIKANTAZA

AVANT LE 15 OCTOBRE

Communication : RB 19/10


La distraction et l’agitation auxquelles nous avons

l’habitude de céder nous coupent souvent de nous-mêmes.

  

« Cela peut se passer n’importe où – lors d’un rendez-vous professionnel ou d’un dîner en famille. On peut très bien assister à une très belle fête et avoir l’esprit complètement ailleurs. Totalement absorbés par nos problèmes, nous échafaudons des solutions, sans que cela ne nous donne jamais satisfaction – parce que cela ne nous permet jamais de renouer le contact avec nous-mêmes. En vérité, nos pensées et nos stratégies sont les élucubrations d’un corps, d’une parole et d’un esprit englués dans la souffrance – ceux de l’égo ou de l’identité que nous prenons à tort pour notre « moi », juste parce qu’ils nous sont si familiers. S’efforcer d’améliorer son égo ne libère pas de la souffrance ; cela ne fait que renforcer la déconnexion.

Il est capital de percevoir l’existence de la souffrance et d’entretenir une juste relation avec elle. La cause première de la souffrance est l’ignorance, l’incapacité à voir la véritable nature de l’esprit, toujours ouverte et claire, source de toutes les qualités. Aveugles à notre véritable nature, nous recherchons le bonheur en dehors de nous-mêmes. […]

Tant que nous ne prenons pas conscience de cette souffrance et de notre propre déconnexion, aucune voie de guérison n’est possible, et il nous est impossible de réaliser notre plein potentiel dans cette vie. […]

Cette perte de contact, nous pouvons la ressentir de diverses manières : irritation, ennui, agitation, tristesse ou sensation diffuse de manque. Pour nous libérer (…), il nous faut établir une relation bienveillante avec les symptômes de notre déconnexion. Rappelez-vous comment vous vous sentez soutenu lorsque vous vous trouvez avec un ami simplement présent, ouvert, qui ne vous juge pas, et intégrez ces mêmes qualités à votre propre expérience. Le silence qui contient cette plénitude de la présence d’autrui est toujours disponible en vous et toujours sublime. C’est exactement de cette manière qu’il vous faut vivre votre souffrance. Entrez en contact avec le calme, le silence et la vastitude. Cela vous permettra d’observer, d’accueillir et de ressentir ce que vous vivez sans juger.

Souvent, nous nous identifions à notre souffrance : « Je suis tellement triste. Je ne peux pas croire que tu m’aies dit ça. Tu m’as blessé ». Qui est ce moi qui est triste, furieux et blessé ? Ressentir de la souffrance est une chose ; être la souffrance en est une autre. Ce « moi », c’est l’égo, et la souffrance fondamentale de l’égo, c’est de ne pas être en contact avec ce qu’il est.

 

Tenzin Wangyal Rinpoche, Finding Freedom From Our Negative Patterns, Buddhadharma, Summer 2011. Traduction : Françoise Myosen

Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

mai 2020
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031