You are currently browsing the tag archive for the ‘Art’ tag.

« Résonances »
Poésie et peinture se croisent ou se répondent

Vernissage le vendredi 18 mars 2011à 19 h
à la Maison culturelle, 14, rue du Pont d’Arcole à 7340 Colfontaine

Vendredi 18 mars 2011: Soirée du vernissage

19 heures: Conférence sur Le zen: «La pratique de la « non-pensée »» par Michel DEPREAY

Le bouddhisme zen a été l’élément dominant de la culture japonaise du 14ème au 16ème siècle. Les moines et les maîtres jouissaient alors d’un prestige considérable. Leur influence s’exerçait tant au niveau du pouvoir politique que de la vie intellectuelle et artistique. La peinture à l’encre, la calligraphie, la cérémonie du thé, le tir à l’arc, l’art des jardins «à la japonaise» ou la poésie témoignent de cette influence déterminante qui subsiste aujourd’hui.
La conférence essayera de présenter les caractéristiques de cette tradition bouddhique qui se développe en Chine à partir du 6ème siècle de notre ère et s’implante au Japon au tournant des 12ème et 13ème siècles: le ZEN.

Michel Deprèay a pratiqué le zen pendant plusieurs années au sein de l’Association Zen Internationale, l’association fondée par Maître Deshimaru. Après avoir créé un centre de pratique à Mons le 23 septembre 1996, il a décidé en 1999 de suivre l’enseignement de Maître Tokuda. Il est actuellement président de l’Union Bouddhique Belge.

20 heures : Présentation de « Si longues secondes », le  nouvel ouvrage de Daniel Charneux

temps figé soudain
le surplace de l’aiguille

si longues secondes

Soixante haïkus, comme les soixante secondes d’une minute.
Soixante moments recueillis, illustrés par Salvatore Gucciardo.

Verre de l’amitié

« Comme on le sait, le zen a exercé une profonde influence sur l’art, surtout au Japon, qu’il s’agisse de la peinture, de la calligraphie, de la poésie, du théâtre Nô, de la réunion de thé, de l’arrangement des fleurs, du jardin zen, etc. L’art tel qu’il est conçu selon l’esprit du zen n’est ni décor ni agrément de la vie, ni représentation du réel, ni expression de soi, mais il doit être l’expression même de la Vision de l’Éveillé, c’est-à-dire, la Vision de la vision. Comme le « rêve », l’art ne figure ni dans la sphère du doute ni dans le champ de l’observation. Les œuvres d’art n’appartiennent ni au domaine du vrai ni du faux, ni du réel ni de l’irréel, ni de l’être ni du ne-pas-être. L’art est un lieu par excellence de l’expression du non-dualisme ; il outrepasse les frontières entre le moi et les autres, l’universel et le particulier, l’esprit et la matière, le visible et l’invisible, le dicible et l’indicible, etc. »

Yoko Orimo, L’expérience esthétique et l’avènement du non-moi, in : Shôbôgenzô, Traduction intégrale, Tome 2, Sully, Vannes 2006, p. 263

Les textes proposés sur le blog de Shikantaza expriment avant tout l’opinion de leurs auteurs. Les lecteurs sont invités à les examiner avec l’esprit de libre arbitre prôné par le Bouddha dans le Kalama Sutta.

Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

novembre 2021
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930