Un samouraï demanda un jour au maître Zen Hakuin où il irait après sa mort.

Hakuin répondit : ‘Pourquoi devrais-je le savoir ?’

‘Comment pouvez-vous ne pas savoir ? Vous êtes un maître Zen !’ s’exclama le samouraï.

‘Certes, répondit Hakuin, mais un maître Zen vivant !’

 

Pour Maître Hakuin, tant que le samouraï est obsédé par ce qui survient après la mort, c’est en fait comme s’il était déjà mort. Sa crainte obsessionnelle de la vie après la mort l’empêche d’être présent dans l’instant. De ce fait, il est incapable de percevoir et de goûter les vibrations de la vie qui se manifeste tout autour de lui. Pourquoi se soucier d’une existence future si on n’est même pas capable d’apprécier celle-ci ? C’est pourquoi le Zen ne s’exprime guère sur la vie après la mort.

Il nous recommande au contraire de vivre chaque instant comme si c’était le dernier, ce qui nous encourage à vivre davantage dans la pleine conscience de ce que nous sommes occupés à faire ; et donc à créer moins de souffrance pour nous-même et ceux qui nous entourent. Nous pouvons vivre ainsi une vie spirituelle plus riche dont toute préoccupation ou crainte d’une éventuelle vie après la mort disparaîtra naturellement.

 

http://thebuddhistblog.blogspot.be/2011/09/life-after-death-zen-response.html

Publicités