« Il y en a qui considèrent le Bouddha en lui prêtant les signes particuliers d’être pur, lumineux et libre, et les êtres vivants en leur prêtant les signes particuliers d’êtres impurs, obscurs et enchaînés au samsāra. Toutefois, ceux qui s’expliquent les choses de la sorte n’atteindront jamais l’Éveil même après d’innombrables kalpas, parce qu’ils s’attachent à des caractères particuliers.

Dans cet esprit un, donc, il ne reste plus la moindre réalité à trouver, car l’esprit est le Bouddha. De nos jours, les adeptes qui ne sont pas éveillés à cet esprit en sa substance ne font que produire pensée sur pensée, chercher le Bouddha à l’extérieur et pratiquer en s’attachant à des caractères particuliers. C’est là une mauvaise méthode et non la voie de l’Éveil. »

 

Houang-po, Entretiens, Présentation et traduction par Patrick Carré, Points Sagesse, p. 19