« Dans le bouddhisme, nous disons que la vie et la mort sont l’apparition d’une pensée et la disparition de cette pensée. Apparaître et disparaître, apparaître et disparaître ; des pensées viennent et vont… Voilà ce que l’on appelle « la vie et la mort ». Une pensée apparaît, c’est ce que nous appelons « la vie » ; une pensée disparaît, c’est ce que nous appelons « la mort ». Cela signifie que nous naissons à chaque instant et que notre vie est sans cesse renouvelée. Malheureusement, entre la vie et la mort, entre deux pensées, nous interposons notre ego. De cette manière, nous percevons à la fois la vie et la mort ; le point de vue de notre ego intervient pour que nous soyons contents de la vie et que nous haïssions la mort. C’est cela qui nous bouleverse. Ce n’est rien d’autre que le point de vue de notre ego ».

Sekkei Harada, L’Essence du Zen, Entretiens sur le Dharma à l’attention des Occidentaux, Editions de l’Éveil, 2003, p.149