« La clé de la psychologie bouddhiste est l’analyse du conditionnement. Tous les états mentaux ordinaires dépendent de conditions. Si les conditions changent, alors l’état mental change lui aussi. S’identifier à une existence conditionnée est insatisfaisant (dukkha), car on ne peut se fier à rien dans une telle existence : on est à la merci de forces que l’on ne peut maîtriser, et leur influence ne peut que faire tourner en rond. La véritable satisfaction ne peut survenir que si l’on brise l’emprise du conditionnement.

(…) Le but de la thérapie, dans une perspective bouddhiste, est de libérer l’esprit en lui permettant de se détacher des états conditionnés. A cet égard, les différences qui caractérisent les diverses écoles du bouddhisme relèvent de la technique plutôt que du principe. La délivrance de l’esprit est appelée nirvana. L’état d’esprit conditionné est appelé samsara.

L’enseignement du Bouddha (le Dharma) indique la voie de la libération, le but suprême. A l’intérieur du samsara, toutefois, le conditionnement est une question de degré. Une illusion peut reposer sur une autre, comme un château de cartes. Plus le château est haut, plus la structure est instable. Plus notre esprit est conditionné, plus notre névrose sera profonde et plus nous souffrirons. Il est donc d’une importance capitale de réduire autant que possible notre conditionnement et celui d’autrui.

(…)

Dans le samsara, tous les états mentaux sont instables et décevants parce qu’ils sont associés à des phénomènes de dépendance. Même des états caractérisés par la « réussite » sont insatisfaisants s’ils reposent sur des conditions instables du point de vue de leur apparition et de leur continuité. (…)

Les principes de la dépendance vis-à-vis des conditions ont été enseignées  de nombreuses et diverses manières par le Bouddha selon les besoins de ceux qui venaient le voir. Les Quatre Nobles Vérités constituent une formulation simple de ces principes (…) . »

 

David Brazier, Bouddhisme et psychothérapie, JC Lattès, 2010, pp. 95-97

 

 

Les textes proposés sur le blog de Shikantaza expriment avant tout l’opinion de leurs auteurs. Les lecteurs sont invités à les examiner avec l’esprit de libre arbitre prôné par le Bouddha dans le Kalamma Sutta.