You are currently browsing the monthly archive for février 2014.

« Quand vous êtes animés par la bodhicitta, la volonté de vous consacrer à la pratique du Dharma pour le bonheur et le bienfait de tous les êtres, vous n’avez besoin de rien d’autre. La bodhicitta est une source de pouvoir en vous. La meilleure chose que vous puissiez faire pour les autres, c’est de les aider à toucher la bodhicitta en eux. La semence de bodhicitta étant déjà là, il suffit de l’arroser pour la faire germer. L’une des meilleurs façons de nourrir et de protéger la bodhicitta est de trouver une bonne sangha. Si vous avez une sangha joyeuse, animée par le désir de pratiquer et de rendre service, vous deviendrez un bodhisattva. »

 Thich Nhat Hanh, L’esprit d’amour, POCKET, p. 103

Le 11 mars prochain, il y aura trois ans qu’un tsunami ravageait la côte nord-est du Japon, faisant des milliers de morts. De nombreuses personnes sont, aujourd’hui encore, portées disparues. Parmi elles, Maître Moriyama.

Joshin Bachoux Sensei, disciple et successeur dans le Dharma de Moriyama Daigyo Roshi, nous fait parvenir le message suivant.

zuigakuinLe mardi 11 mars je vous propose de prendre le temps dans la soirée de faire zazen, d’aller regarder sur le site la biographie et les réalisations de Moriyama Roshi, d’exprimer, par les moyens de votre choix,  votre gratitude envers lui, et envers tous les Maîtres, pour tout le travail accompli, pour avoir pris soin du Dharma, et pour nous avoir guidés avec compassion dans la Voie du Bouddha.
Je serai en zazen à partir de 19h.

Moriyama_roshi

« Zazen est notre pratique, celle

qui a été transmise par M°Dogen

et par tous les Maîtres. C’est la première aile de l’oiseau; et la deuxième, c’est Sila, les préceptes.

C’est cela qui nous permet de voler 

dans le pur royaume du Dharma… »

Dans un précédent billet, je proposais , comme alternative à la colère ou à l’emportement incontrôlé, de faire un « step-back » par rapport à la situation. Step-back ? Quézako ?

Par « step-back », j’entends passage à une autre modalité de conscience des choses. En temps ordinaire, nous ressentons une émotion, le plus souvent sans même nous en rendre compte, et notre petit cerveau fonctionnel élabore immédiatement une solution pour sortir de là.

Un exemple – vécu c’est plus drôle – pour illustrer : je signale à l’un de mes amis du monastère que les éponges bleues sont celles réservées aux toilettes… et deux heures après l’une d’entre elles, à la couleur d’un ciel d’été, se retrouve nonchalamment déposée sur l’évier de la cuisine… Aaaarrrrgh ! ( onomatopée exprimant l’horreur voire l’indignation). Dans ce cas de figure :

1. je suis en colère,

2. puis commence à réfléchir qui peut-être le coupable ( le colonel Moutarde sans doute…),

3. puis le dialogue intérieur passe en 10 000 tours/ minutes sur le thème « Il n’y a vraiment aucun respect ici, et puis ce X… est vraiment négligent, il a rien compris à la pratique, bla, bla, bla… ». Vous connaissez ?

Soit dit en passant, ce karma des pensées en pleine action me promet bien des tourments pour les années à venir. ( Le Karma… un autre thème prochain:-)

Alors, dans ce cas de figure, notre « step-back » est en fait le retour à la pleine conscience de la situation, vécue dans le CORPS. Pour simplifier : je reste à la première émotion, la colère. Si cette dernière demeure une sensation physique ( au niveau du plexus ou de la gorge : chers amis, choisissez votre endroit préféré), elle va rester un moment puis s’évanouir, suivant en cela le principe fort bouddhiste de l’Impermanence, Mujo en japonais. Si je refuse cette colère, m’indigne, me lamente pour échapper au ressenti : la colère envahi la tête – le mental si vous préférez – me coupe instantanément du présent et augmente finalement une émotion primitivement supportable.

Enfin, en effectuant ce step-back et en retournant dans le corps, une autre forme de conscience peut apparaître, Présence illimitée, vaste, large et très paisible. Hishiryo.

 http://www.dailyzen.fr/archives/161  – 14.07. 2013

Dans le bouddhisme il y a la théorie – superbe et inspirante – mais il y a aussi la pratique, le quotidien. “Soyez présent dans l’instant”.

Oui, oui, belles paroles ! Mais si dans l’instant mon collègue est imbuvable ? Je fais quoi ? Dans la conscience de l’instant, ici et maintenant, mon cher collègue est toujours aussi lourd.

Pour l’anecdote, je côtoie au quotidien une personne de type “passif-agressif” qui sème des graines de colère comme d’autre des champs de blé. Comme un enfant, il pousse l’autre dans les limites. Et voilà pour moi une magnifique occasion d’expérimenter la théorie bouddhiste au quotidien. ( Pour un peu je le remercierai… mais bon… faut pas pousser quand même

Bref, ici et maintenant, je ressens l’agression latente. Deux chemins s’offrent à moi :

1. Je répond au mail et me défoule… Tentant… mais le mail va circuler dans l’hyper-espace et faire éclore des tombereaux de fleurs de colère… on n’est pas sortis de l’auberge.

2. Je fais un « step-back », pas en arrière et laisse vivre l’émotion. Là, tout de suite, il y a un sentiment de colère, d’humiliation qui prend toute la place… Respire… Observe… Ressens avec le corps… Laisse la tête tranquille… La colère est là, mais en simple énergie. Une belle colère pleine de vigueur, qui n’est plus dirigée contre.

Bon, pas de suspens : j’ai pris la solution 2 ! Of course ! On est bouddhiste ou on ne l’est pas !

La seule question pour tous est : comment faire ce step-back ? ( réponse dans le prochain post, promis !)

http://www.dailyzen.fr/archives/62  –  09.07. 2013

 

Suite à la demande de plusieurs pratiquants, le Centre propose désormais une séance de méditation supplémentaire le vendredi matin de 6h45 à 7h15 (ouverture des portes à 6h30). Cette séance est proposée jusqu’au 28 février, après quoi nous ferons un premier bilan et déciderons si elle sera maintenue.

En revanche, le Centre est désormais fermé le mercredi soir.

Les horaires de la pratique sont donc actuellement les suivants :

Mardi soir de 19h à 20h30 (méditation et enseignement) – ouverture du Centre à 18h30

Mercredi matin de 6h45 à 7h30 (méditation et cérémonie) – ouverture du Centre à 6h30

Jeudi soir de 19h à 20h30 (méditation et cérémonie) – ouverture du Centre à 18h30

Vendredi matin de 6h45 à 7h15 (méditation) – ouverture du Centre à 6h30

Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

février 2014
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
2425262728