Philippe Cornu, spécialiste universitaire du bouddhisme, a tenu à la mi-septembre une conférence à Bruxelles, portant sur thème : « le bricolage spirituel, soyez zen ou le bouddhisme instrumentalisé ». Cette intervention a eu lieu dans le cadre de la sortie de son dernier livre, « Le Bouddhisme, une philosophie du bonheur? : 12 questions pour comprendre la voie du Bouddha ».

Retrouvez l’enregistrement de cette conférence ici : http://vimeo.com/75001105

[Source : Union Bouddhique Belge]

 

Phcornu

Le bouddhisme est perçu comme une spiritualité thérapeutique, sorte de prêt-à-vivre pour un monde « zen ». Cette simplification n’est que la plus visible de toute une série de réductions ou de mécompréhensions que cet ouvrage s’emploie à détecter et à défaire. Ainsi, le bouddhisme ne serait pas une religion, mais une philosophie. Autre malentendu : la méditation, réduite à l’introspection alors qu’elle est tournée vers la compassion universelle. Mais qu’est-ce que cette compassion ? Un simple élan du coeur ? Et l’ego ? Il n’aurait pas de réalité ? Ecarte-t-il pour autant la force de l’individualité ? Le livre éclaircit aussi des notions plus difficiles telles celle du karma, que l’on interprète à tort comme une prédestination, ou celle de la réincarnation. Il s’interroge sur la notion de « gourou », sur la non-violence et le végétarisme. Il se demande si le bouddhisme est un outil de développement personnel et quel bonheur il vise. Le livre s’achève par une question déterminante : les réductions dont est victime le bouddhisme ne serviraient-elles pas à répondre aux maux de notre société ? Réciproquement, les maîtres bouddhistes n’ont-ils pas contribué à nourrir tant d’erreurs en diffusant leur savoir en Occident sans s’interroger sur ce que cette « transplantation » engageait ?