« Si vous apprenez à calmer le mental, vous commencez à ressentir une qualité de présence consciente qui est ferme, stable et continue. Elle est simplement basée sur la connaissance de ce qui est et la vigilance, non sur des concepts, des idées, des opinions et des émotions qui ne font que passer. Vous commencez à réaliser que les choses sont ainsi. Ce sentiment de connaissance correspond à ce que l’on décrit parfois comme « êtreté » ou « ainséité » et il est basé dans l’instant présent, tel qu’il est maintenant. Voyez ce qui se passe dans votre esprit quand je dis : « C’est ainsi que sont les choses maintenant. » Je ne vous dis pas ce que vous devriez ressentir ; je n’indique ni un objet précis ni rien du tout, je ne décris aucune expérience. Je dis seulement : « C’est ainsi que sont les choses maintenant » – l’ainséité : ce qui est maintenant. Quand j’ai cette pensée, mon esprit s’ouvre, je me sens davantage dans l’instant présent, réceptif à ce qui se passe au lieu de chercher un objet auquel attacher mon esprit. Je n’essaye pas de décrire l’instant, simplement de m’y ouvrir. Alors le mental peut se désemplir, (…) et l’esprit s’ouvre. C’est ainsi. Avec cette présence consciente, nous pouvons réfléchir à ce qui est en ce moment : il y a la respiration, il y a un corps ici, il y a des sensations dans ce corps. Et il y a le silence. Le moment est maintenant et le lieu est ici – voilà ce qui est.

Quand nous étudions de plus près ce qui est, plutôt que d’utiliser des concepts et des théories, nous utilisons notre capacité à percevoir de façon à aller au-delà de la perception et jusqu’à la présence consciente. Pour la plupart d’entre nous, l’esprit n’est pas formé à faire cela. Normalement nous sommes formés pour fonctionner à partir d’idées toutes faites, de théories et d’opinions arrêtées. Par exemple, si vous croyez en Dieu, vous partez du principe qu’il existe un Dieu créateur qui nous a faits et de là vont s’ensuivre toutes sortes de conjectures. Ce n’est pas qu’une telle doctrine soit erronée mais, si nous partons d’une conjecture, nous ne faisons jamais réellement l’expérience des choses telles qu’elles sont et nous n’en obtenons pas la connaissance. Nous nous contentons de croire et d’accepter ce que les autres nous disent.

Quand le Bouddha a enseigné les Quatre Nobles Vérités, il enseignait aux êtres humains à ouvrir leur esprit. Il nous aidait à être conscient des fonctionnements de la nature, non au moyen de théories scientifiques ou psychologiques ni d’une vision philosophique mais grâce à une attention soutenue à ce qui est. Nous utilisons ce dont nous disposons. Nous n’essayons pas de créer des idées et des théories intéressantes sur ce qui est ; nous observons les choses à partir des situations les plus simples que nous considérons généralement comme allant de soi.

L’esprit fabrique nombre de théories intéressantes. Nous parlons par exemple des différences entre les sexes : les hommes sont comme ceci, les femmes sont comme cela. Nous avons l’habitude de nous exprimer en termes conceptuels mais, en réalité, ces différences sont basées sur des éléments qui changent, qui ne sont ni figés ni permanents. Même si notre corps est masculin ou féminin, ces particularités varient en fonction de toutes sortes d’autres facteurs. Si nous ne faisons pas cas de l’interdépendance des conditions, nous nous figeons dans des attitudes d’homme, de femmes, d’Anglais ou d’Américains, comme s’il s’agissait là de vérités ultimes. Ce que nous voyons là ne sont que des réalités conventionnelles mais nous pouvons passer notre vie entière à fonctionner en préjugeant que ces choses sont réelles. Les gens parlent des « réalités du monde » mais les réalités dont ils parlent ne sont pas réelles, ce ne sont que des apparences adoptées par convention. C’est la façon dont les choses semblent être en fonction de la manière dont nous avons été conditionnées à les percevoir. »

Ajahn Sumedho, L’esprit et la Voie, Sully, Vannes 2007, p. 90-91