« Les six mondes sont autant d’espaces psychiques dans lesquels nous faisons l’expérience de nous-même autant que du monde phénoménal tout entier — d’une manière à chaque fois distordue. Nous passons tous dans ces six mondes, jour après jour, moment après moment, même si parfois nous sommes plus profondément enfermés dans l’un d’entre eux.

—    Le Monde de l’Enfer conduit à considérer toute chose comme violente. On se sent en ce monde perpétuellement victime d’agression ou habité d’une haine féroce — sans que nous arrivions toujours à distinguer si la haine est nôtre ou vient du monde.

—    Le Monde des Fantômes Affamés consiste à percevoir le monde comme empli de richesses inaccessibles. Nous ressentons alors un désir ou une faim insatiables qui ne peuvent jamais être comblés, si bien que nous nous sentons prisonniers d’un profond sentiment de pauvreté.

—    Le Monde des Animaux est le monde de l’ignorance accomplie — rien ne fait assez sens pour nous. Nous avons l’impression de ne rien comprendre à ce qui se passe.

—    Le Monde des Dieux est un état de félicité que l’on essaie de maintenir coûte que coûte, soucieux de ne pas entrer trop en rapport au monde tel qu’il est. C’est un état d’orgueil et de jouissance narcissique.

—    Dans le Monde des Dieux Jaloux tout est vu à partir de la comparaison et le monde est alors pour nous comme un champ de bataille dans lequel il faut être armé jusqu’aux dents. Y règnent la jalousie, l’esprit de compétition et la méfiance.

—    Le Monde Humain est tout entier orienté sur la recherche du plaisir et la fuite du déplaisir. Nous sommes alors obsédés par une quête hédoniste.

Comprendre avec finesse ces états, comprendre comment nous les construisons et comment nous pouvons nous en libérer offre une carte de l’esprit humain et une façon de comprendre la psyché humaine. »

Source : http://www.ecole-occidentale-meditation.com (site de Fabrice Midal)