Dans le bouddhisme, la conception du mariage est bien différente de la conception occidentale traditionnelle. Ce n’est ni un sacrement religieux ni un contrat légal. Selon la tradition du bouddhisme le mariage est simplement une relation humaine, reconnue par les amis et la famille. Dans l’Orient bouddhiste, aucune cérémonie n’est nécessaire. Le couple concerné peut organiser une fête pour amis et famille, et annoncer officiellement qu’ils vivent ensemble. Le couple peut aller au temple voisin et demander bénédiction mais ce n’est pas une cérémonie de mariage. Ils ne sont pas considérés comme vivant « dans le péché » ou illégalement ou de façon non-conventionnelle s’ils ne le font pas. Le mariage est, avant tout, la relation elle-même, le fait de vivre ensemble. Les moines donnant la bénédiction ne créent pas le mariage, ils le reconnaissent, leur bénédiction étant que le couple vive heureux, en accord avec l’esprit du Dharma, s’aidant mutuellement à pratiquer les enseignements du Bouddha. Il n’y a donc pas de difficulté à dissoudre le mariage si ceux qui sont concernés le désirent, et la femme garde son nom. La monogamie, la polygamie et même la polyandrie existent dans les pays bouddhistes et sont considérés comme tout à fait respectables. L’attention bouddhiste est dirigée entièrement vers la qualité des relations humaines entre ceux qui sont concernés.

Source : http://www.centrebouddhisteparis.org/Bouddhisme/Altruisme_individualisme/mariage_bouddhisme.html

 

Publicité