You are currently browsing the daily archive for 25 mai 2012.

« Quelques textes du Canon Pali étayent une vision largement déterministe. (…) Il existe toutefois d’autres textes où le Bouddha réfute clairement tout déterminisme moral, tel le Titha Soutra (Anguttara Nikaya 3.61) dans lequel il soutient qu’un tel point de vue contredit la possibilité de suivre un chemin spirituel :

 « Il existe des prêtres et des contemplatifs qui professent cet enseignement, ce point de vue : ‘Quelle que soit l’expérience que fait un être, plaisante, douloureuse ou ni l’un ni l’autre, tout cela est la conséquence des actions passées’ … [A ceux-là] j’ai dit : ‘Dans ce cas, une personne va tuer des êtres vivants à cause de ce qui a été accompli dans le passé. Une personne va voler… manquer à la chasteté… mentir… semer la zizanie… tenir des propos outrageants… se perdre en vains bavardages… se montrer avide… méchante… défendre des vues erronées à cause de ce qui a été accompli dans le passé.’

Ô moines, quand les actions passées sont présentées comme jouant un rôle essentiel, il n’y a plus de désir, plus d’effort [de se dire] « Il faudrait faire ceci, ne pas faire cela. »

Dans un autre bref soutra (Sivaka Sutta), un ascète nommé Shivaka interroge le Bouddha sur le point de vue selon lequel « quoi qu’une personne expérimente, que ce soit le plaisir, la douleur ou aucun des deux, c’est la conséquence des actions antérieures. Que répond à ceci le Vénéré Gautama ? » A quoi le Bouddha répond :

« Produit par (des désordres de) la bile, surgissent alors, Shivaka, certains sentiments…  produits par (des désordre du) phlegme… des gaz… des (trois) combinés… par le changement de climat… par un comportement contraire… par des insultes… par les résultats du karma – (du fait de tout ceci) Shivaka, surgissent certains sentiments… Or, quand ces ascètes et Brahmanes soutiennent une telle doctrine et considèrent que quoi qu’une personne expérimente, que ce soit plaisir ou douleur, ou aucun des deux, tout cela est causé par les actions antérieures, alors ils vont au-delà de ce qu’ils connaissent par eux-mêmes et est accepté comme vrai par le monde. C’est pourquoi je déclare que c’est une conception erronée de la part de ces ascètes et Brahmanes. »

Même si nous prenons cette citation du Bouddha au sérieux, nous ne devrions pas négliger l’humour de ce passage. On imagine même le Bouddha lâchant un pet et demandant à Shivaka : « Ceci est-il le résultat du karma ? » »

D. Loy, Notes pour une révolution bouddhiste, Kunchab+, Bruxelles 2010, p. 71-73

Cf. entrées Karma (David Loy), Karma (Philippe Cornu), Karma et injustice sociale

 Les textes proposés sur le blog de Shikantaza expriment avant tout l’opinion de leurs auteurs. Les lecteurs sont invités à les examiner avec l’esprit de libre arbitre prôné par le Bouddha dans le Kalama Sutta.

Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

mai 2012
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031