You are currently browsing the daily archive for 11 mai 2012.

« Karma signifie « acte motivé ». Le Bouddha a déclaré que nos actes s’inscrivent dans une causalité : ils sont motivés – c’est-à-dire conditionnés – par nos désirs et nos aversions, fruit d’habitudes émotionnelles. La motivation de l’acte est donc une impulsion mentale qui pousse au déclenchement de l’acte physique, verbal ou mental. Et l’acte entraîne à son tour un résultat bon ou mauvais. L’acte est donc conditionné et conditionnant. Cependant le vrai fruit de l’acte n’est pas son effet immédiat et apparent – satisfaisant ou non – mais ses conséquences différées qui affecteront profondément l’esprit et la vie de son auteur. Ce fruit du karma peut survenir longtemps après l’achèvement de l’acte. Durant tout le temps qui sépare l’acte initial et son résultat, l’esprit porte en lui la place rémanente de l’acte, qui se comporte comme la virtualité ou le germe d’un fruit futur. Quand les conditions le permettent, ce germe mûrit et produit le fruit du karma ou rétribution de l’acte. En vertu de la corrélation étroite entre la cause et l’effet, cette rétribution a la même teneur que l’acte motivé qui lui a donné naissance. Autrement dit, un acte favorable produit un résultat agréable, un acte défavorable, un effet désagréable. Or, ce n’est pas le caractère immédiatement bénéfique ou néfaste de l’acte qui fait de lui un acte favorable ou défavorable, mais bien ses véritables conséquences à long terme pour soi-même et autrui. Puisque ces conséquences sont conditionnées par la motivation qui a présidé à l’acte, c’est là que réside le fondement éthique de l’action. Si, par mon acte, j’ai satisfait un désir égoïste en causant de la souffrance à autrui, la rétribution finale en sera douloureuse, même si dans l’immédiat l’acte m’a apporté satisfaction. Au contraire, si mon acte est motivé par le souci d’autrui ou le désir de soulager sa souffrance, sa rétribution finale sera agréable et favorable, même si cet acte m’a paru sur le moment pénible à accomplir.

En résumé, tant que nous agissons poussés par nos désirs ou nos aversions, nous sommes les esclaves de nos habitudes passées. (…) »

 Philippe Cornu, La terre du Bouddha, Le Seuil, Paris 2004, p. 70

Les textes proposés sur le blog de Shikantaza expriment avant tout l’opinion de leurs auteurs. Les lecteurs sont invités à les examiner avec l’esprit de libre arbitre prôné par le Bouddha dans le Kalama Sutta.

Cf. Karma (David Loy) et Karma et injustice sociale

Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

mai 2012
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031