« Le bouddhisme, une aventure européenne ? »

La Première, RTBF, Dimanche 1er mai 2011, de 11 à 12h

L’émission peut être écoutée ici: Et dieu dans tout ça 1/5/2011 Le bouddhisme

Sujet principal : « Le bouddhisme, une aventure européenne ? »

 Le bouddhisme est en cours de reconnaissance officielle en Belgique. Mais un peu partout en Europe, il est également en train de se structurer selon des mécanismes comparables. Où en est-on aujourd’hui ? Est-ce que, en Europe aussi, la vague du bouddhisme est en train de prendre la force d’un discret tsunami ?

2011, c’est l’année du 2600e anniversaire de « l’Eveil du Bouddha ». C’est un parfait « non-événement » dans le sens où ne pas le savoir n’aurait sans doute rien changé à notre vie quotidienne mais c’est un événement quand même puisqu’il concerne directement de plus en plus de personnes à travers le monde et notamment en Europe. Mais le bouddhisme européen présente des visages très contrastés : d’une part, il est composé de nombreuses traditions différentes : depuis le zen japonais, jusqu’au bouddhisme theravada ou aux traditions tibétaines. Mais la réalité bouddhique actuelle possède aussi un double visage dont on parle généralement très peu : à côté celui des nombreux Européens de souche qui « prennent refuge » dans le bouddhisme, il y a également plusieurs communautés d’immigrés de pays de tradition bouddhiste tels que le Vietnam, par exemple. Entre les deux, des contacts polis mais pas de véritable osmose…  Le bouddhisme d’ici  aura-t-il le goût du nuoc-mâm, celui du moules-frites ou un subtil mélange des deux ?

Invités : Frans Goetghebeur, président de l’Union bouddhique européenne (UBE) et auteur de  « Invisible mais présent – la force tranquille du bouddhisme » (éd. Kunchab + ) ; Gabriela Frey, représentante  de l’UBE auprès du Conseil de l’Europe à Strasbourg; Michel Depreay, président de l’Union bouddhique belge (UBB).

Sujet livre : Entre Grèce et Chine » –  Rencontre avec François Jullien

A cheval entre la philosophie, la philologie et la sinologie, François Jullien se trouve à un endroit extrêmement original. Pour lui, la Chine n’est pas ce lieu de l’altérité absolue telle que les Européens ont voulu la voir pendant très longtemps (et peut-être même encore aujourd’hui). Durant les années 1970, époque à laquelle il découvre personnellement la Chine de la fin du règne de Mao, la Chine pouvait encore apparaître, dans une certaine mesure, comme « mystérieuse ». Mais en est-il encore de même aujourd’hui ? C’est en tout cas en partant du point de vue de la philosophie que François Jullien nous offre aujourd’hui une vision réellement originale sur ce qui unit et sépare l’Europe et l’Empire du Milieu…

François Jullien, « La Philosophie du vivre « (éd. Gallimard) et « La Chine, la dissidence de François Jullien de Nicolas Martin et Antoine Spire  (éd. du Seuil)